Agenda

Novembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
Date : mercredi 1 novembre 2017
2
Date : jeudi 2 novembre 2017
3
Date : vendredi 3 novembre 2017
4
Date : samedi 4 novembre 2017
5
Date : dimanche 5 novembre 2017
29
Date : mercredi 29 novembre 2017
30
Date : jeudi 30 novembre 2017

Le château de Montrottier

Aujourd’hui propriété de l’Académie Florimontane, fondée en 1606 par François de Sales et le juriste Antoine Favre, père de Vaugelas, le château de Montrottier abrite de remarquables collections de meubles, faïences et porcelaines, dentelles et tapisseries, armes et armures, objets rares d’Afrique et d’Extrême-Orient ainsi que des bas-reliefs en bronze, rassemblés par Léon Marès, l’un des derniers grands collectionneurs de la fin du XIXème et du début du XXème siècles.

Visites, libres ou guidées,
du 1er avril au 30 septembre, de 14 h à 18 h,
Animations diverses
Tél : 04 50 46 23 02
Salle de réception

chateau
Plus de renseignements sur
www.chateaudemontrottier.com


 Plus de renseignements sur
www.gorgesdufier.com
 

Les gorges du Fier

Le Fier, principale rivière de Haute-Savoie, a creusé depuis des millénaires l’un des plus grandioses phénomènes d’érosion par les eaux courantes : les Gorges du Fier, prodige de la nature classé parmi les plus remarquables curiosités naturelles des Alpes.

Site naturel aménagé, elles sont accessibles depuis 1869 par une passerelle longue de 252 mètres, suspendue à 25 mètres au-dessus du torrent. A mi-parcours, une échelle de mesures indique les hauteurs atteintes par les eaux lors des grandes crues. Tout au long du parcours, on peut découvrir les curiosités géologiques et géomorphologiques du site (marmites de Géant, Kaménitzas, joints de strates...) illustrées et expliquées dans la "Clairière des Curieux". Sur le lapiaz de la Mer des Rochers, on découvre enfin "l'Ilot des Légendes".

Site ouvert du 15 mars au 15 octobre

Durée de la visite environ 45 minutes

Bar, terrasse, petite restauration rapide

Tél : 04 50 46 23 07


 

L’église de Lovagny, dans son aspect et son emplacement actuels, se décompose en trois parties : le chœur, en demi-lune, le clocher et la nef (et ses deux chapelles latérales). Elle est placée sous la protection, depuis les origines, de Notre-Dame de l’Annonciation, fêtée le 25 mars.

Le chœur de l’église est la partie la plus ancienne ; il date de la création de la « nouvelle » église autour de l’an 1000, édifiée aux XIème - XIIème siècles, au moment où le chef-lieu a été transféré du village des « Tâtes » autour du prieuré bénédictin qui a été fondé à LOVAGNY à ce moment-là. L’église est en effet attestée dans un cartulaire de 1029 (ou 1040) conservé aux archives vaticanes ; elle est aussi mentionnée dans une bulle du pape Pascal II de 1107 et encore dans une bulle cette fois de l’empereur Frédéric Barberousse de septembre 1162… Le chœur est de style roman, édifié en pierres de taille blanches, constituant un mur d’un mètre vingt d’épaisseur, couronné d’un fronton en tuf.

L'église de Lovagny

eglise1

eglise_4

Le clocher, lui, a été élevé aux XVème - XVIème siècles. Il est également en majeure partie en tuf, avec des fenêtres gésinées en son sommet, séparées par une double colonne ronde avec chapiteaux grossiers à feuillage. Il compte trois cloches :
- La plus ancienne, le bourdon, a été fondue en 1878 et pèse 500 kg ; elle a été offerte par Victor-Aimé FREREJEAN, propriétaire du château de Montrottier.
- les deux autres cloches datent de 1926 ; l'une, d'une masse de 334 kg, a été offerte par le curé Jean-Marie TAPPONNIER à l'occasion de ses noces d'or sacerdotales (1876-1926) ; l'autre, d'une masse de 228 kg, fut fondue grâce à une quête faite auprès des habitants de Lovagny.

La nef et son transept, enfin, datent d’une reconstruction agrandissement de 1885-1888, sous la houlette de l’architecte DENARIÉ. Elle donne à l’église une forme de croix latine. Jusqu'en 2007, elle se caractérisait par sa façade principale en pierres de taille blanches, tranchant avec les bas-côtés en crépi gris.

L’église est pourvue de vitraux aux couleurs très vives, à dominantes bleue et rouge, datant de la reconstruction de 1885-1888. Ils ont été commandés par le curé Jean-Marie TAPPONNIER et réalisés par  Claudius LAVERGNE, maître-verrier à Malakoff (hauts-de-Seine). Ils représentent pour partie des saints locaux (Saint François de Sales, Saint Bruno, Saint Victor, compagnon de Saint Maurice, etc...).

L’intérieur de l’église a fait l’objet d’une réfection complète en 1969-1970, qui a vu disparaître l’ancienne peinture en trompe-l’œil, les stalles du chœur, la presque totalité des statues ou encore la chaire, pour promouvoir un aménagement nettement plus sobre, issu des conséquences que l’on tirait alors du concile Vatican II. L’église conserve toutefois une très belle statue de la Vierge à l’Enfant, en bois polychrome du XVIIème siècle, une table de communion et des fonts baptismaux, en noyer massif, du XIXème siècle, ainsi qu’un tableau du XVIIème siècle représentant les saints protecteurs de trois anciennes chapelles qui entouraient l’église et le prieuré au Moyen-Age et qui disparurent peu avant l’invasion révolutionnaire française de 1792.

Enfin, en 2007, la municipalité a décidé de restaurer ce patrimoine qui lui appartient en procédant,

au dehors du bâtiment, à la réfection des enduits extérieurs et l'imperméabilisation des pierres, la protection des vitraux par la mise en place de chassis fixes, la réalisation des éclairages extérieurs, le remplacement de certains chenaux et la réparation de la croix de pierre située sur le toit ;

au dedans du bâtiment, à la réfection de l'éclairage intérieur et la mise en valeur des vitraux, la réfection des peintures intérieures et de la sacristie, le carrelage de la sacristie et à la réfection du sol de la tribune.

LOVAGNY est demeuré une paroisse du diocèse d’ANNECY (avec même une juridiction sur le village voisin de CHAVANOD jusqu’au XVIIIème siècle, avant que ce dernier s’émancipe), dépendant de l’archiprêtré de la collégiale Notre-Dame de Liesse d’ANNECY. Elle fut rattachée au secteur pastoral de POISY à partir des années 1960-1970, avant de se fondre dans la paroisse nouvelle Saint Luc entre Fier et Mandallaz, créée à la Pentecôte 2005 et dont le siège est fixé à MEYTHET.


Le four banal de "Chez Gavet"

Définition : (histoire)
le droit de banalité permettait d’accéder à des services communs en payant une redevance au seigneur.

Vieux comme nos villages, les fours à pain y occupent généralement une place centrée, permettant ainsi un accès aisé à un maximum de villageois. Leur proximité étant recherchée, c’est pour cette raison que l’on peut aussi en trouver dans les fermes isolées qui possédaient leur propre four.

Ils étaient construits de plusieurs manières, et c’est le matériau utilisé pour la voûte qui permet de les classer en trois groupes : les fours en terre, les fours en pierre et les fours en briques.

Une masse de sable ou de limon recouvre tout le four, écartant ainsi tout risque d’incendie au-dessus du four ; mais ce n’est pas là son rôle principal : cette masse, comme le matériau de la voûte, emmagasine et restitue la chaleur tout en isolant le four. C’est un régulateur thermique.

Le four possédait plusieurs destinations, mais la principale activité était la cuisson du pain. C’était une source de chaleur qu’il fallait optimiser. Ainsi, le four servait à cuire les gâteaux au moment de la plus forte chaleur ; puis le pain ; puis les autres pâtes levées ; enfin les viandes mijotées. On y séchait aussi les fruits et les plumes de poules, de canard et d’oie destinées aux édredons et rembourrages divers.

fourbanal1

le four banal de "chez Gavet", de nos jours

fourbanal2

Le four à pain de « chez Gavet », situé au cœur du village en face de l’église, est devenu propriété de la commune de Lovagny en plusieurs étapes :
après délibération du Conseil Municipal du
15 avril 1972, M. Marcel JANIN en fait la donation d’un tiers à la commune par un acte du 8 mai suivant.
- Puis, suivant acte du 20 octobre 1993, la commune en acquiert un second tiers à Mlle Nicole GAVET. Le Conseil Municipal en avait délibéré lors de sa séance du 3 mai 1991.
Enfin, suite à la délibération du Conseil Municipal du 20 mai 1999, la commune acquiert le dernier tiers à M. Jean-François GAVET par un acte passé le 5 août suivant.

En mai 2002, sur les conseils du CAUE 74 (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de Haute-Savoie), le Conseil Municipal décide sa restauration pour le valoriser comme élément du patrimoine. Les travaux seront effectués en juillet 2004, pour une dépense totale HT de 6119.24 € conjointement financée par l’Etat, le Conseil Régional, le Conseil Général et la Commune.

fourbanal3


La champignonnière de Lovagny

Installée dans d'anciennes mines d'asphalte qui s'étendent sur plusieurs kilomètres, la champignonnière de Lovagny était exploitée depuis 1953. On se levait très tôt le matin pour s'engouffrer dans ces souterrains humides et bien frais, afin d'y cultiver le champignon de Paris, le pleurote et le shii-take. Le travail y est resté traditionnel, sans serre climatisée, grâce à ces galeries idéales en température et en humidité.

champi1

champi2

La champignonnère de Lovagny possèdait la particularité d'être la seule dans le département de la Haute-Savoie.

Elle proposait ses produits en vente directe sur place, et pouvait être visitée, avec une "petite laine" car plongée dans un univers humide avoisinant les 14°.

Le 31 décembre 2013, une page s'est tournée : avec le départ à la retraite de Christiane et Daniel AUDOUIT, la champignonnière de Lovagny a définitivement fermé ses portes...


 

Mairie - 50 route de Poisy 74330 LOVAGNY
tel : 04 50 46 23 37     fax : 04 50 46 18 44   
courriel : mairie.lovagny@wanadoo.fr
 
lundi   9.15 à 11.45   14.30 à 18.00
mardi   9.15 à 11.45
mercredi   9.15 à 11.45    14.30 à 18.00
jeudi   9.15 à 11.45
vendredi   9.15 à 11.45   14.30 à 18.00
samedi   9.15 à 11.45  
Copyright © 2015 Maire de Lovagny
( tous droits réservés )

Conception
Quatraxe