A NOTER...

casque obligatoire

Agenda

Avril 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim

 

 

 

LOVAGNY
tire son nom du mot « loup »
comme étant, il y a bien longtemps, une contrée où vivaient ces prédateurs. C’est ainsi que le village s’est d’abord appelé LUPANIACUM au IIIème siècle après Jésus-Christ, puis LUPANIACI, puis LAUAGNY vers le XIVème siècle, puis LAUVAGNY et enfin aujourd’hui LOVAGNY…

 

vue_lovagny

La commune est exposée à l’endroit de la Montagne d’Age, plein sud. Elle s’étire sur 550 hectares en étages depuis 373 m d’altitude, point le plus bas au niveau du Fier, jusqu’à 672 m d’altitude, point le plus haut au  « Crêt de la Cheminée » qui surplombe Lovagny sur son versant sud, et la commune voisine de Nonglard sur son versant nord. Le chef-lieu se situe à 532 m, tandis que le château de Montrottier, sur sa motte cadastrale, est à 460 m d’altitude.

eglise_4

LOVAGNY compte quatre villages : le chef-lieu, les Tâtes (qui se touchent tous deux depuis l’essor de l’urbanisation), Montrottier (aujourd’hui « Pontverre haut »)et Pontverre (aujourd’hui « Pontverre bas »).

A l’origine et jusqu’à la fin du premier millénaire, le centre du village aurait été plutôt fixé aux « Tâtes » au niveau de l’actuelle Croix des Tâtes, autour d’une chapelle et de son cimetière ; un ancien lieudit en porte d’ailleurs la trace (mais n’a pas été repris au moment de la rénovation du cadastre au cours du XXème siècle). Puis ce centre aurait été déplacé au chef-lieu actuel, autour de l’an Mille, au moment où le jeune Leuton est entré à l’abbaye bénédictine de Savigny (sur les Monts du Lyonnais) : son père, Noble Conon, et ses frères, Adagald, Conon, Robert, Guy et Arthaud étant propriétaires, avec Leuton, de l’emplacement où a été érigée l’église de Lovagny, église qu’ils ont alors offerte aux moines de Savigny. L’église de Lovagny, sous le vocable de Notre-Dame de l’Annonciation, est attestée dans une charte datée de janvier 1029 (ou 1040 ?) conservée aux archives vaticanes.

 

De cette église primitive, il subsiste encore le chœur en demi-lune, du XIème siècle.


Il s’agissait d’une église servant non seulement pour les paroissiens de Lovagny, mais aussi et surtout pour le petit prieuré de moines bénédictins qui s’y installèrent ; le bâtiment très caractéristique, très massif, avec ses contreforts romans, son petit cloître qui subsiste et sa tour, aurait été bâti vers 1087.

eglise_1

Son existence est signalée, ainsi que l’église, dans une bulle du pape Pascal II de 1107 et confirmée encore en 1162 par l’empereur Frédéric Barberousse. La communauté religieuse y restera jusqu’avant l’invasion révolutionnaire française de 1792 ; elle comptait au plus fort du Moyen-Age quelques 8 à 10 moines, non compris le curé desservant la paroisse et son vicaire éventuel. Elle était dirigée par un prieur. Au moment où les charges de l’Eglise devinrent des moyens de revenus pour les nobles, Lovagny disposa alors d’un « prieur commendataire » percevant les (maigres) revenus du prieuré sans y résider, tandis que la communauté était alors administrée dans les faits par un « prieur claustral » résident sur place. Parmi ces prieurs commendataires, plusieurs nobles de la famille de Pontverre, de Menthon-Montrottier, de Lescheraine, ou encore l’évêque de BAGNORÉA, Mgr GALLOIS DE REGARD, dont l’hôtel particulier est encore visible dans la vieille ville d’Annecy et qui posséda aussi le château de Clermont dans le pays de Seyssel… Rénové en 1986-1989, le prieuré est aménagé aujourd’hui en cinq logements sociaux et la partie de l’ancien cloître a été remaniée pour accueillir des salles paroissiales.

La paroisse de Lovagny avait aussi juridiction sur le village voisin de Chavanod, jusquà la période révolutionnaire et c'est, à la signature du concordat en 1803, que Chavanod devint une paroisse  à part entière. La liste des curés de Lovagny est connue depuis 1411. La fête patronale – autrement appelée « la vogue » - est fixée au 25 mars, fête de l’Annonciation.

A quelques mètres de l’église s’élève le monument aux morts, édifié en 1922, pour honorer les morts de la Grande Guerre (1914-1918), puis ceux de la 2nde Guerre Mondiale, et encore après, ceux de la Guerre d’Algérie.

La commune s’enorgueillit de la présence de cinq châteaux sur son territoire :

un a totalement disparu : le château de Saillon ;
deux autres sont en ruines : la tour du Petit Grézy au pied de la rampe de Montrottier,
et le château de Pontverre à l’entrée du Bois du Poète.
Il subsiste aujourd’hui encore le château de Chavaroche qui domine le Fier et la voie de chemin de fer sur son éperon en limite de CHAVANOD.

Et, bien sûr, le château de Montrottier.

monument aux morts

chateau

chateau 2 

Ce dernier succède à un oppidum romain ; sa partie la plus ancienne, la tour des Religieuses, date du XIIIème siècle. Parmi ses propriétaires, outre la famille qui lui donna son nom, mais qui est très mal connue, on relève le Duc de Savoie, Amédée VIII (pape Félix V), ou encore la famille de Menthon-Montrottier, illustrée notamment par Pierre de Menthon, qui fut ambassadeur de Savoie au XVème siècle et fit partie du célèbre complot de Varembon (contre le favori d’Anne de Chypre, duchesse de Savoie), qui aboutit à son assassinat par Jacques de Compey, seigneur de Thorens, au pied même de Montrottier, le 31 mars 1455 !… Sans oublier Léon MARÈS, qui est enterré dans le parc du château et qui laissa – et organisa – ses collections diverses et variées au château. A sa mort en 1916, il les lègue à l’Académie Florimontane qui en est toujours la propriétaire et administratrice (Académie Florimontane fondée par St François de Sales et le président du Sénat de Savoie, Antoine FAVRE , également père du grammairien Vaugelas, et dont s’inspirera Richelieu pour fonder l’Académie Française…).

gorges 2

En 1869, à l'initiative de quelques familles influentes d'Annecy, virent le jour les célèbres Galeries des Gorges du Fier, qui surplombent le Fier sur une longueur de 252 m et sont fixées entre 28 et 35 m au-dessus du niveau ordinaire de la rivière, à la paroi de rochers de 70 m de haut de sa rive gauche…
Leur coût nécessita alors un investissement de 30 000 francs-or pour financer quelques 23 077 kg de fer qui furent nécessaires à la réalisation des passerelles.
Leur succès rapide fut amplifié avec la desserte de Lovagny par une gare érigée en 1866 au moment de la création de la ligne Annecy - Aix-les-Bains ; cette gare fermera définitivement en 1996, trois ans après que le dernier chef de gare ait plié bagage…

gorges

Le château de Montrottier et les gorges du Fier, tous deux ouverts du 15 mars au 15 octobre, accueillent près de 25 000 visiteurs pour l’un, 70 000 pour l’autre, et font d’eux des curiosités savoyardes de premier ordre fréquentées par les touristes !

mairie lovagny

LOVAGNY compte un bureau de poste depuis l’organisation par l’Etat de ce service public.
Il a d’abord été installé dans une maison située en face de l’église – le barreaudage de la fenêtre de ce bureau est encore visible en bordure de la grand-route… Puis il fut déplacé au début du XXème siècle à côté de l’école, en même temps qu’était aménagé le local incendie.
La section locale des sapeurs-pompiers ayant disparu au cours de la décennie 1970, le bâtiment a alors été réaménagé pour améliorer les conditions d’accueil du public. La poste a fermé en 2006 et une agence postale communale a ouvert à la place, tenue dans les locaux de la mairie par le personnel municipal.
A noter que le vieux véhicule communal de lutte contre l’incendie (pompe à bras) se trouve aujourd'hui installé au Château de Montrottier…

 

La partie la plus ancienne de l’école existe depuis 1865. 
Un premier projet avait en effet vu le jour en 1861, qui fut rejeté par le Conseil Municipal faute de moyens financiers. Un bâtiment fut acquis en 1864, et aménagé l'année suivante d'une salle de classe, et d'une salle pour la mairie. Une vingtaine d'années plus tard, en 1887, l'école était agrandie avec la création d'une deuxième salle de classe permettant de séparer filles et garçons, chacune d'elles flanquée d'un préau et séparée par la mairie en son milieu.

L’école a été agrandie en 1993 sur sa partie ouest, avec une architecture intégrant la partie historique ; en 2012, elle a bénéficié d'un ravalement de façade et d'une nouvelle toiture. Un nouveau préau à ossature bois et toiture végétalisée, plus spacieux et équpé de sanitaires, a remplacé l'ancien. L'école de Lovagny compte aujourd’hui six classes et ses annexes, cette fois filles et garçons étudiant ensemble !… La mairie, quant à elle, a été déplacée en 1986 quelques mètres plus loin, dans une ancienne auberge réaménagée.

 ecole3

D’abord stable, la démographie de LOVAGNY s’est rapidement accrue au cours des trente dernières années, passant de 525 habitants en 1975 à 1 205 en 2013 (1 172 en 2009). Outre l’ensoleillement et la qualité de vie qu’offre la commune, Lovagny bénéficie d’une bonne desserte routière : la grand-route historique qui la relie à ses voisinespanneau_lovagny.jpg, Poisy et Nonglard, sur le trajet Annecy-Rumilly ; mais aussi la route départementale qui fut ouverte dans les années 1950 entre Lovagny et Chavanod serpentant à travers le Bois du Poète (déformation du mot latin poesta, ou puissance, c’est-à-dire propriété du seigneur local), espace de vastes frondaisons faisant face au village et à Montrottier qui se pare de mille couleurs à l’automne… Lovagny se trouve ainsi à moins de quinze kilomètres d’Annecy, aux portes de son agglomération, au sein du vaste bassin d’emploi, de commerces et de loisirs de la cluse annécienne…



 

Mairie - 50 route de Poisy 74330 LOVAGNY
tel : 04 50 46 23 37     fax : 04 50 46 18 44   
courriel : mairie.lovagny@wanadoo.fr
 
lundi   9.15 à 11.45   14.30 à 18.00
mardi   9.15 à 11.45
mercredi   9.15 à 11.45    14.30 à 18.00
jeudi   9.15 à 11.45
vendredi   9.15 à 11.45   14.30 à 18.00
samedi   9.15 à 11.45  
Copyright © 2015 Maire de Lovagny
( tous droits réservés )

Conception
Quatraxe